Yours truly, angry mob.

Bon j’ai enfin trouvé une certaine inspiration pour m’exprimer sur un blogue, oublions donc tout le flafla d’introduction usuel. Je commence sans tambour ni trompette (vraiment ça c’était une expression terrible à mettre sur un blogue consacré à la musique… je m’en excuse sincèrement).

Mon premier sujet sera le groupe britannique Kaiser Chiefs, qui a lancé récemment son deuxième opus Yours Truly, Angry Mob et que j’ai vu en spectacle mardi dernier au Spectrum de Montréal appuyés par The Walkmen (que j’ai personnellement trouvé relativement moyens, peut-être que j’avais trop d’attentes) et par Annuals (Deux mot : belle claviériste). Bref, ils nous ont offert une prestation qui a dépassée mes attentes tout de même, c’était très divertissant disons. Le chanteur Ricky Wilson (du même nom que le défunt guitariste de The B-52’s) était en feu et en voix alors qu’ils nous ont débité tous leurs hits dans la première partie du spectacle (I predict a riot, Ruby, Everyday I love you less and less, Nananana) alors que tous le reste était tout aussi ravageur. Enfin, tout ceci s’est terminé dans un Oh my god endiablé alors qu’une certaine fille (appellée affectueusement Trash) a décidé de se dénuder en haut de la ceinture, ce qui m’a amené à me demander si je n’étais pas en fait à un show de Mötley Crue

Pour ce qui est de leur deuxième album Yours Truly, Angry Mob, que je me suis procurré suite au spectacle après plusieurs semaines d’hésitations, je dois dire qu’il est très bon… mais sans plus! Ce n’est certainement pas un album qui sera cité plus tard comme ayant été une influence pour de futurs artistes puisqu’il s’inspire lui même (parfois trop) de plusieurs de ses prédecesseurs. L’influence de The Smiths est évidente sur Ruby alors que des petits airs de Morrissey (Stephen Street un de ses anciens accolytes produit l’album en fait, ce qui peut expliquer certaines choses), The Jam et The Clash trainent durant pas mal tout l’album, ce qui n’est pas totalement mauvais non plus. L’album s’écoute très bien même s’il risque de mal traverser l’épreuve du temps, on passe un bon moment toutes les chansons ayant un petit accro. Les paroles sont faciles à retenir, n’étant pas très poétiques ou compliquées, et les mélodies viennent rapidement. Fait bizarre, sur Try your Best on peut même penser à Depeche Mode. Sinon, Ruby est très contagieuse tout comme sa suivante, The Angry Mob (qui peut nous sembler être une suite à I predict a Riot du premier album Employment) ainsi que Heat dies Down. Enfin, pour le prix qu’il m’a coûté, soit 9.99$, il en vaut certainement la peine sans nécessairement crier au génie, on passe un bon temps.

Donc c’est à conseiller pour les amateurs de Rock britannique, à la limite du Indie à mon avis…

(Ce texte, comme tout les suivant, a été composé d’un trait il se peut donc que je sois incohérent, soyez indulgents… c’est ce qui fait la beauté des blogues.)

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s